Satisfaction et désir, y a-t-il un paradoxe ?

Peut-on désirer plus et se contenter de ce que l’on a ?

Le meilleur conseil peut aussi être le pire. Avez-vous déjà entendu celui là : « Sois content(e) de ce que tu as! » L’expression, prise littéralement nous invite à apprécier ce que nous avons déjà obtenu de la vie. Et en même temps, chacun devine le sous-entendu de résignation : « Ne cherche pas en avoir plus. Y aurait-il une contradiction entre satisfaction et évolution ?

(c) ethan robertson

Y a-t-il un paradoxe entre désir et bonheur ?

Cela ressemble à du bon sens : le seul moyen d’être heureux, ici et maintenant, c’est bien de trouver notre plaisir dans ce que l’on a, ici et maintenant. Attendre la satisfaction de résultats à venir peut être une quête sans fin. Ce serait comme courir vers d’autres succès sans chérir ce qui nous a déjà été donné ; courir toujours courir vers des rencontres sans prendre soin d’aimer ceux qui sont déjà là.

C’est du bon sens, mais c’est aussi ce que nous disent ne nombreuses traditions philosophiques ou spirituelles – et même des pratiques de coaching ou de psychologie positive : Le secret du bonheur, c’est de se réjouir de ce que l’on a.

Toutefois, en quoi cette attitude pleine de gratitude pour nos réussites et les cadeaux de la vie, exclurait la satisfaction d’aller plus loin ? Sur notre chemin de vie, jouir du moment présent ne s’oppose pas avec le fait de préparer l’avenir. Dans une randonnée nous pouvons, tout à la fois, aimer chaque paysage et être heureux d’avancer. D’ailleurs, la satisfaction de vivre ses instants serait-elle aussi intense si nous n’étions pas en marche ?

Le meilleur moyen de s’aimer, c’est de se dépasser

La plus grande des satisfactions n’est-elle pas de progresser ? Bien-sûr il est bon de se féliciter de ce que nous avons déjà. Mais peut on s’enthousiasmer durablement à en rester là ?

Même si vous êtes aujourd’hui en extase devant cette vallée idyllique, sans plus aucun email ni coup de téléphone… combien de temps pourriez-vous être heureux sans rien faire qui vous donne l’occasion de contribuer, d’avoir une place, de vous sentir utile et important(e), sans rien pour exercer vos muscles ou stimuler votre système nerveux ou vivre des émotions de fierté et de joie ?

Pour la plupart d’entre nous, le plaisir s’épuise avec la satisfaction du désir. Ne serait-ce que par habitude. Ce qui nous a bouleversé dans les premiers moments devient normal, peu à peu l’intensité de nos premiers émois s’émousse. Notre corps réclame des excitations. Notre mental/égo s’ennuie, il cherche de nouvelles expériences, un peu plus complexes..

Le désir de « toujours plus » qui caractérise les êtres humains est peut-être une astuce de la nature, pour nous pousser à participer au grand mouvement de la vie, la libido pour nous exciter à la procréation, le désir d’évolution pour nous pousser vers la création.

C’est ainsi que le bonheur découle à la fois de notre aptitude à nous réjouir de l’instant présent, tel qu’il nous apparaît, et de nous sentir en évolution, progressant vers de nouveaux sommets – ceci bien-sûr dans toutes les catégories de vie. Les réussites qui nous émerveillent peuvent être intimes, professionnelles, intellectuelles, familiales… ce sont tous ces ingrédients qui créent une vie épanouie.

L’évolution est une satisfaction toujours renouvelée. Tendre vers un but n’exclut pas de profiter des étapes du voyage, sauf si la personne marche les yeux baissés. Une pessimiste s’inquiétant du résultat, impatiente d’en terminer ou râlant contre les épreuves qu’elle doit traverser. Une victime des circonstances qui aurait sans doute préférer rester au camp de base plutôt que de faire des efforts. Probable qu’elle ne perçoit pas de bénéfices à grimper cette montagne qu’il faudra redescendre. Tout ça pour quoi ? Pour de l’estime et de l’amour de soi ? Comment expliquer le bonheur intime, et irremplaçable, du dépassement de soi ?

image d'un homme heureux

c) Jakob Ovens

Allier bien-être, réussite et épanouissement c’est la puissance du coaching SANE !

« La véritable réussite, est une quête émotionnelle » nous dit Mani Hesam, auteur de la Méthode SANE. Car, pour finir, que vous cherchiez à vous réjouir profondément de ce que vous avez ou que vous vous sentiez appelé à relever des défis, vous vous sentirez heureux si votre vie s’approche de vos aspirations profondes. Et tout d’abord de vivre des émotions de Bien-Être. Imaginez vous lever tous les matins profondément heureux(se) de vivre votre vie, et excité(e) à la perspective de faire des rencontres magiques pour réaliser vos rêves

Vous permettre de devenir un optimiste, c’est l’enjeu du S.A.N.E Il s’agit d’abord de se sevrer du Mal-Être (ces habitudes biochimiques et psychologiques, qui nous maintiennent dans la frustration ou l’impuissance). Je vous recommande pour cela les exercices qui sont détaillés dans le livre « Le Muscle du Bien-Être ».

Devenir un être optimiste, c’est devenir aussi plus clairvoyant sur les cadeaux que vous fait la vie. Vous aurez donc plus de gratitude pour votre présent, mais aussi plus de reconnaissance pour votre passé, et donc pour votre futur. Vous aurez la satisfaction de découvrir votre immense potentiel de désir et de réalisation.

 

Pour aller plus loin : rendez vous lors du prochain atelier de training neuro-émotionnel (voir rubrique prochains évènements.